L’enfouissement des pales d’éoliennes

Aux Etats-Unis, le démantèlement des éoliennes pose un vrai problème écologique, les pales, faites en fibre de verre ne sont pas encore recyclables et sont tout simplement enfouies, dans 3 états qui ont accepté ces déchets ; joli cadeau pour les futures générations.
Lire l’article complet

Photographe : Benjamin Rasmussen pour Bloomberg Green

Lire l’article original en anglais

Depuis quatre mois l’éolien a coûté plus d’un milliard d’euros aux français

Lettre de la FED adressée par courrier aux 924 députés et sénateurs

Cette lette  dénonce le scandale des tarifs garantis qui conduisent EDF depuis 4 mois à  brader sur le marché spot l’électricité éolienne invendable.
Elle condamne  aussi la signature en catimini  de la Programmation Annuelle de l’Energie  (PPE) par Mme  Élisabeth Borne, Ministre de la transition écologique et solidaire.

Paris le 28/05/2020

Madame la députée, Monsieur le député Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur

Bonjour

Depuis quatre mois l’éolien a coûté plus d’un milliard d’euros aux français

Depuis quatre mois, des milliers de citoyens de toutes nos régions de France adressent à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, à Monsieur Edouard-Philippe, Premier Ministre, et à Madame Élisabeth Borne, Ministre de la transition écologique et solidaire une pétition intitulée : L’éolien industriel accapare l’argent de la Santé ! Halte au scandale !

Pour seule réponse, le Gouvernement a promulgué en catimini le 21 avril dernier, en pleine crise du coronavirus, le Décret n° 2020-456 de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), alors même que l’enquête publique faisait état d’un avis défavorable, à plus de 60% des participants, sur la politique de production électrique imposée.

Ce déni démocratique condamne la France au déclin, à la perte de notre souveraineté énergétique, à la privatisation de la production électrique, à la faillite d’EDF, à l’augmentation programmée du coût de l’électricité.

La Cour des Comptes en 2018, et plus récemment la commission d’enquête Parlementaire n° 2195 sur l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, ont alerté le Gouvernement sur l’inanité et les dangers d’une politique d’encouragement disproportionné des Énergies Renouvelables Intermittentes comme l’éolien.

Au point que la Rapporteure de la Commission d’enquête parlementaire sur « l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l’acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique » déclarait en octobre 2019 que le développement de l’éolien était sans aucun effet dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le Chef de l’État lui- même, dans son intervention à Pau le 14 janvier 2020 prenait ses distances en déclarant que « le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir dans notre pays » et estimé qu’on « ne peut pas imposer l’éolien d’en haut. » Dans le même temps bon nombre d’élus locaux, présidents de département ou de région alertaient le Gouvernement en ce sens.

Pourtant depuis 3 ans, le Gouvernement n’a eu de cesse de museler, par tout un arsenal de textes législatifs, la parole des citoyens inquiets de cette politique insensée, contre-productive en terme écologique et mortifère pour notre intérêt national.

Nos associations représentant des dizaines de milliers d’adhérents dans tous les territoires, sont libres de tout pouvoir politique, indépendantes de tout lobby financier, éloignées de toute visée électoraliste ou promotion politique personnelle. Aussi, en votre qualité d’élu national, vous êtes pour nous le dernier recours démocratique pour que cesse le scandale de la politique de production électrique dans notre pays.

Nous vous demandons donc d’interpeller le Gouvernement et Mme la ministre de la transition écologique et de proposer au Parlement de légiférer sur la fin des tarifs subventionnés aux industriels producteurs des énergies électriques éoliennes intermittentes.

Vous trouverez ci-joint le rapport de cette gabegie d’État pour la période du 1er janvier au 30 avril, selon les données officielles du Réseau de Transport d’Électricité et de la Commission de Régulation de l’Énergie : Bénéficiant de mécanismes de rémunération totalement anormaux, les promoteurs éoliens ont ainsi gagné en 4 mois plus d’un milliard d’euros de subventions pour une production électrique excédentaire, totalement exportée à perte et mettant en danger la stabilité de nos réseaux.

Compte tenu de ces montants nous publierons désormais chaque mois le bilan financier catastrophique pour la France de cette filière. En votre qualité d’élu(e) de la nation, il vous appartiendra de censurer ou de cautionner ces données, dont prochainement lors des débats budgétaires de la rentrée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Jean-Louis Butré Président

Monsieur le président de la République, mettez un terme à l’implantation des éoliennes !

Signez la pétition

Monsieur le président de la République,

Le 14 janvier dernier, participant à une table ronde à Pau sur l’« écologie dans nos territoires », vous avez déclaré : « Le consensus sur l’éolien est nettement en train de s’affaiblir dans notre pays. […] De plus en plus de gens […], qui considèrent que leur paysage est dégradé, ne veulent plus voir de l’éolien près de chez eux. Il ne faut pas l’imposer d’en haut. »

Quiconque en effet traverse la France en est le témoin : partout se dressent des éoliennes, ces pylônes aux pales gigantesques, vrombissants, clignotants nuit et jour. Les plaines céréalières, les collines provençales, les rivages des océans, aucun arpent de terre ni de mer n’est à l’abri.

Objets industriels, fabriquées en série, elles uniformisent un pays distingué d’entre tous pour la diversité, la variété, la beauté de ses paysages. Hors d’échelle, ces turbines accaparent la vue, écrasent ce qui les entoure.

Turbines, en effet, aérogénérateurs plus rigoureusement, les éoliennes n’ont rien de bucolique, rien de pastoral.

Notre œil est blessé, notre sensibilité affectée, notre sens du beau offensé. Entre 7 000 et 8~000 aérogénérateurs aujourd’hui, 25 000 en 2025. « D’ici dix ou quinze ans, notre pays aura changé de visage », prévient Alexandre Gady, le président de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France.

Se soucier du visage de la France, n’est-ce pas une des prérogatives, une des plus nobles prérogatives du politique ?

Et puis, vous nous l’accorderez, il est pour le moins paradoxal de se comporter en « maître et possesseur de la nature » – ce credo de la modernité compromis dans la dévastation de la terre –, lorsque l’on entend, comme vous le faites tous, agir au nom de l’écologie.

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, on veut asseoir dans l’opinion l’idée que le salut de la planète passera par l’implantation d’éoliennes. Or, si la cause est juste, impérieuse même, les éoliennes ne feront rien à l’affaire. Pour une raison très simple : notre production d’électricité est pour l’essentiel d’origine nucléaire et, s’il présente bien des inconvénients, le nucléaire ne produit pas de gaz carbonique. « C’est grâce au nucléaire que la France est un des pays les plus décarbonés au monde », rappeliez-vous dans Le Monde en juillet 2015.

Quant à remplacer le nucléaire, la chose ne saurait être envisagée, sauf à rouvrir des usines à charbon ou à pétrole. La production d’électricité des éoliennes est si intermittente, si aléatoire qu’aucun pays ne saurait raisonnablement y gager son indépendance énergétique – jusqu’à nouvel ordre, les hommes ne sont pas en mesure de commander les caprices des vents.

De plus, la réalité est beaucoup moins souriante et écologique que les discours officiels veulent nous le faire accroire : bétonnage des sols, matériaux de construction des aérogénérateurs essentiellement non recyclables, redoutable mortalité des oiseaux qui viennent se fracasser contre les hélices, perturbation des circuits de migration, brouillage des ondes qui désoriente les chauves-souris, ronronnement continu, gabegie financière – les éoliennes ne vivant quasiment que de subventions publiques –, durée de vie extrêmement courte, entre 15 et 20 ans, le démantèlement s’avérant si onéreux qu’elles restent en place, finissant par constituer de véritables cimetières de pylônes rouillés.

Enfin, l’implantation de l’éolien se fait contre la volonté des populations. La résistance est vive en effet : 70 % des projets sont contestés. Longtemps impatienté par ces résistances, vous avez fait adopter de nombreux textes visant à « assouplir la procédure », autrement dit à contourner les oppositions. Puis le mouvement des gilets jaunes est passé par là. Vous nous avez dit qu’il vous avait changé. Les propos que vous avez tenus à Pau en portent la promesse. Vous avez une belle occasion de démontrer dans les faits que vous ne gouvernerez plus contre cette France périphérique longtemps oubliée. Alors, mettez un terme à l’implantation des éoliennes, qui concerne et chagrine au premier chef cette France rurale dont vous faites si grand cas.

Bérénice Levet, philosophe
Alain Finkielkraut, philosophe
Stéphane Bern, animateur télévision et radio, écrivain
Jean Clair, conservateur, ex-directeur du musée Picasso, essayiste
Jean-Pierre Le Goff, sociologue
Patrice Gueniffey, historien
Yves Michaud, philosophe
Pascal Vinardel, peintre
Benoît Duteurtre, musicologue, écrivain, essayiste
Paul Thibaud, ex-directeur de la revue Esprit

Conférence énergies renouvelables

Vendredi 28 février 2020 à 18h30, espace François Mitterand à Guérigny
entrée libre et gratuite

Nous sommes heureux de vous annoncer la date de notre première conférence à Guérigny. Celle-ci aura pour thème : Pourquoi développer des énergies renouvelables dans la Nièvre, et lesquelles? Conférence animée par Jean-Marie Virely, docteur en physique appliquée.
Nous espérons vous y voir très nombreux !
La canopée libre
Collectif Baz’Eole
MorVent en Colère
les Robins des Mâts
Non aux éoliennes de Saint-Sulpice – Nièvre
Le Tilleul de Sully

Réunion publique PCAET

Le PCAET étant un outil de la transition énergétique, nous vous invitons à participer à une réunion publique le mercredi 11 décembre 2019 à 18h30 à la salle des fêtes de Dompierre-sur-Nièvre.

Les 3 phases d’élaboration du PCAET, qui comprennent le diagnostic du territoire, la stratégie territoriale et le programme d’actions, sont désormais achevées. 

Une consulation publique sera organisée en 2020 après réception de l’avis des autorités instructives.  

Mais avant toute chose, votre Communauté de communes Les Bertranges vous invite à participer à une réunion publique le Mercredi 11 Décembre à 18h30 à la salle des fêtes de Dompierre-sur-Nièvre

À l’ordre du jour :

– Les objectifs d’un PCAET
– Le projet de plan d’actions 2020 – 2026
– Un temps d’échanges 

Bilan :

La réunion de mercredi dernier pourrait marquer une avancée si les annonces faites par M Valès étaient confirmées par le vote communautaire du 19 décembre.
En effet il impliquerait un recul du nombre d’éoliennes de 50% par rapport au précédent projet (12 à 6 éoliennes d’ici 2030) et l’interdiction de principe des éoliennes dans les communes du coeur des Bertranges.
Ce résultat serait toutefois insuffisant puisque de nombreuses communes ne seraient pas protégées, et il ouvrirait la porte de notre territoire aux promoteurs. Mais il montrerait que notre action donne des résultats.
Nous vous rappelons qu’après le vote du 19.12 le PCAET sera examiné par les autorités régionales puis soumis à une consultation publique en mars-avril 2020 qui pourrait donner lieu à une modification du PCAET en cas de très forte opposition au volet éolien. Restons donc mobilisés en vue de cette consultation.

Ci-dessous l’article du Journal du Centre :

Journal du Centre – 13 décembre 2019

Julien Aubert : question au gouvernement sur la transition énergétique

J’ai interpellé le gouvernement sur les conclusions du rapport de la commission d’enquête que j’ai présidée sur la transition énergétique. Nous avons conclu que ladite transition ne … luttait pas contre le réchauffement climatique. Le gouvernement m’a répondu en ne changeant pas un iota de la politique actuelle !

Question au gouvernement sur la transition énergétique

[QUESTION AU GOUVERNEMENT]#eoliennes #transitionenergetique J’ai interpellé le gouvernement sur les conclusions du rapport de la commission d’enquête que j’ai présidée sur la transition énergétique. Nous avons conclu que ladite transition ne … luttait pas contre le réchauffement climatique. Le gouvernement m’a répondu en ne changeant pas un iota de la politique actuelle !

Publiée par Julien Aubert sur Mardi 26 novembre 2019
vidéo de l’intervention